Le guide des écharpes

Les nouages Croisés

Dernier billet de la série concernant les différentes familles de nouages en écharpe, je viens aujourd’hui vous parler des nouages Croisés.

On appelle Croisés, les nouages qui permettent, voir qui nécessitent  de superposer plusieurs couches de  tissu sur le dos du bébé. La plupart sont réalisables avec les écharpes tissées et tricotées.

Ce sont des nouages dits plaquants, contrairement aux kangourou dits nouages suspendus, dans le sens où les premières forces exercées par la mécanique du placement du tissu sur le corps du bébé, le plaquent contre son porteur, ce qui tend à modifier sa posture naturelle.  Ces nouages doivent donc être réalisés avec un soin tout particulier pour rester le plus physiologiques possible.

On a souvent tendance, quand on parle de portage physiologique d’opposer cette famille de nouages à celle des nouages Kangourou. Et je dois bien reconnaitre que je n’ai jamais été très fan des croisés avec mes écharpes sergé croisé.

Cependant certaines écharpes tricotées m’ont totalement réconcilié avec eux. J’éviterais donc de vous tenir un discours tranché, cherchant à tous prix à vous influencer pour tel ou tel choix et telle ou telle utilisation de votre écharpe.

Toutefois, avant de commencer à vous parler des croisés plus en détails, il me semble important de vous parler de deux trois petites choses, histoire que vous compreniez mieux pourquoi on essaie de vous vendre partout les nouages Kangourou avec vos écharpes tissées sergé croisé. Pour les écharpes tricotées, sachez que l’on peut faire avec elles que des nouages à couches superposées donc même si la qualité du produit  joue beaucoup dans la qualité du soutient du tissu et son évolutivité, la question de l’opposition entre ces deux familles de nouages ne se pose pas. Et moi même ayant été une utilisatrice convaincue de certaines écharpes extensibles, je viendrais pas ici vous les dénigrer au profit des écharpes tissées. C’est un autre débat 😉

Donc pour la petite histoire, voici les deux points fondamentaux qui font basculer la balance du côté des Kangourou à l’heure de nouer son écharpe sergé croisé:

–>Optimiser l’utilisation d’un tissage spécifique au portage d ‘un enfant: Sachez que les croisés sont les nouages les moins exigents sur la qualité de l’écharpe. En effet, on peut les réaliser plus ou moins bien avec des écharpes tissées dans différentes armures et dans différentes matières.  Cependant,  le coton, tissé dans une armure sergé croisé, est le tissu le plus adéquate pour porter un enfant. L’entrecroisement des fils de chaine et de trame, confère au tissu des diagonales de forces égales, suffisamment élastiques pour bien mouler les corps tout en permettant de créer des lignes de tension régulières, homogènes et efficaces sur le dos du bébé pour un soutient sur mesure optimal. Il convient alors d’optimiser la qualité de ce tissage spécifique en apprenant  les nouages kangourous qui permettent, en suspendant l’enfant aux épaules de son porteur, de créer des lignes de tension en V à partir de sa colonne vertèbrale. Les forces induites par la mécanique du tissu sur son dos sont alors réparties au  mieux. Le nourrisson dans son besoin d’être porté le dos arrondi, comme le bébé plus grand qui s’endormirait dans l’écharpe, est stabilisé efficacement et ses disques intervertébraux sont protégés des chocs induits par les mouvements de son porteur.

Les nouages croisés de part le placement de l’écharpe sur l’enfant et son orientation sur le porteur, ne permettent pas de tirer profit des spécificités du tissage sergé croisé. Voir s’ils sont mal faits ils peuvent même compromettre le respect de la physiologie du dos de l’enfant. C’est une raison pour laquelle on doit très souvent superposer les couches de tissu sur son dos pour améliorer le soutient qu’une seule couche de tissu mal exploitée ne permet pas d’optimiser. Et plus vous superposerez de couches de sergé croisé sur le dos du bébé et plus vous risquerez de l’inviter à se raidir.

–>Nouages plaquants et soutient de la tête du bébé:

De même, il peut être important de savoir que dans les nouages croisés simples, outre le fait que  la superposition de couches de tissu sur le dos du bébé est un risque pour bien respecter l’arrondi naturel de son dos,  c’est aussi l’orientation des pans du croisé déployés sur lui et notamment le croisement des ourlets au niveau de sa nuque qui sont susceptibles de modifier sa posture naturelle contre le porteur. Les ourlets se croisent au niveau des vertèbres C1 et C2 et peuvent pertuber l’enroulement de sa colonne vertébrale pour bien se positionner assis accroupi. En d’autres termes, comme les deux vertèbres cervicales sont soumises à des pressions,  la tête du bébé, qui ne peut donc se placer dans l’axe de la colonne, n’est plus soutenue naturellement. Elle part donc vers l’arrière, le dos du petit se raidit et la bonne orientation de ses genoux est alors compromise. Le bébé n’est donc plus invité à s’arrondir comme son réflexe d’agrippement le commande, sa position n’est alors plus physiologique. Cette théorie s’applique aux nouages croisé enveloppé et enveloppé croisé même pans non déployés sur le dos du bébé à cause notamment du sens de l’orientation du pan horizontal ( et notamment de l’ourlet supérieur au passage sur sa nuque)  qui plaque le bébé contre son porteur, pouvant suffire à induire,surtout s’ils sont mal faits,  une hyper rotation ou le fléchissement vers l’arrière de sa tête.

Notez aussi que les deux premières vertèbres cervicales sont le principal siège des récepteurs posturaux chez l’homme, lui permettant ainsi de ressentir son corps et ses mouvements dans l’espace. Cette zone connexion entre le cerveau et le reste du corps étant particulièrement sensible et complexe, il conviendrait alors de la préserver de toute pression et d’un possible tassement induit par un mauvais soutient repeté de la tête du bébé.

+ d’infos sur le site de l’AFPB

Concernant cette théorie du soutient de la tête avec les écharpes tricotées, il est communément admis qu’ étant extensibles, ces écharpes sont moins plaquantes,  rendant alors plus facile l’installation d’un petit bébé dans la bonne position dans les nouages croisés. Cependant, la validité de cette affirmation dépendra essentiellement du type d’écharpe tricotée et de la qualité de son tricot les premiers mois puis aussi de sa largeur, de l’age et du gabarit du bébé, et de l’expérience en portage du couple porteur/porté pour une utilisation plus tardive.  La plupart des écharpes tricotées ont une évolutivité limitée, rendant à terme, la réalisation des nouages dans le respect des besoins physiologiques compliquée pour la plupart des porteurs.

Sachez que toute cette théorie est prise au sérieux par le fabricant d’écharpes extensibles JPMBB qui propose désormais des variantes de positionnements d’un petit bébé contre son porteur pour optimiser le soutient de sa tête dans les nouages à couches superposées.

Pas à pas ventral  décalé

De toutes façons, si vous êtes intéressés par ces nouages, il convient donc d’apprendre à les réaliser avec un soin particulier : Etant plaquants il est bien plus difficile d’obtenir une bonne bascule du bassin de l’enfant pour bien le positionner contre son porteur. Et étant enveloppants, on peut facilement porter dans un bon  sentiment de sécurité, un bébé très mal positionné! De sorte qu’on perdra sans forcément le savoir, la plupart des multiples avantages d’un portage respectueux. N’hésitez donc pas à suivre un atelier pour vous faire accompagner quelque soit les nouages que vous déciderez de pratiquer.

De plus en plus de conseillères en porte bébés sont à même de vous enseigner la bonne utilisation des écharpes tricotées.   JPMBB a même créé un réseau sans cesse en évolution pour vous permettre d’apprendre les multiples utilisations possibles avec cette écharpe stretch.

Rentrons maintenant un peu plus dans le vif du sujet:

Il existe deux classes de nouages croisés :

*les croisés simples qui superposent deux couches sur le dos du bébé et les croisés + enveloppé qui peuvent superposer jusqu’à trois couches de tissu sur son dos.

1)Les croisés simples:  devant ou sur la hanche

Le bébé est placé assis à la verticale, assis en berceau ou allongé en berceau devant son porteur ou assis à la verticale sur « sa hanche «  dans la croix de tissu formée par les croisement des deux pans. Chaque pan déployé sur son dos et sous sa base,  le couvre d’une épaule au genou du côté opposé.

L’enfant est parfaitement sécurisé, les ourlets inférieurs et supérieurs de chaque pan passant bien dessus et dessous ses cuisses, de façon à ce qu’il ne puisse pas décapsuler. Les ourlets supérieurs se croisent au niveau de sa nuque  quand ses bras restent dans le nouage.

Ces nouages sont essentiellement réalisables avec les écharpes tissées quand il s’agit de porter bébé assis en ventre à ventre ou sur la hanche. En effet, l’orientation en diagonale des ourlets supérieurs  passant sous les genoux du bébé fait que dans une écharpe extensible, un enfant assis à la verticale pourrait rapidement se retrouver le dos découvert en cas de mouvement un peu brusque. Ce qui pourrait le mettre en danger de chute.

Vous pourrez, ceci dit, porter dans le croisé simple  ponctuellement un bébé en berceau assis ou allongé dans certaines écharpes extensibles mais plutôt pour du portage statique ou pour soulager le portage à bras.

Il existe deux techniques de nouages pour porter le bébé devant soi :

–>Le croisé  boucle dans le dos réalisable avec une écharpe relativemment courte : 3m60 en moyenne au minimum

–>Le double croisé réalisable  avec une écharpe longue, supérieure à 4m:

Les différences entre les deux techniques sont surtout notables pour le porteur : le double croisé simple étant beaucoup plus ligotant pour lui.

Dans les deux cas, rien ne change pour le bébé niveau placement du tissu sur son dos. Si ce n’est que le croisé boucle dans le dos ne peut pas être optimisé avec un réglage de la tension en pli par pli sur chaque pan pour améliorer le soutient du dos du bébé et qu’on ne peut pas repasser les pans sur ses cuisses pour améliorer sa position « assis accroupi » en finalisant son nouage avec un noeud plat sous ses fesses. Donc si vous  souhaitez porter dans le croisé simple un bébé encore petit, préférez le double croisé au croisé boucle dans le dos pour pouvoir optimiser votre nouage comme je viens de vous l’expliquer.

En portage hanche, le nouage est asymétrique et une écharpe d’une longueur inférieure à 4m suffit généralement à réaliser ce nouage.

Les + des croisés simples:

Polyvalents: on peut y porter le bébé dans différentes positions  ( ventre à ventre, berceaux, face au monde, hanche).

– Pratiques: on peut les pré nouer sur soi. On peut en effet y mettre et enlever le  bébé sans avoir à tout défaire et refaire à chaque fois. Le double croisé simple est en effet le nouage pratique dans la catégorie écharpe longue.

– Ce sont les nouages les moins chauds dans la catégorie croisés pour le bébé ( deux couches de tissu sur son dos et l’air  circule entre lui et son porteur)

Les – des croisés simples

*Nouages ligotants pour le porteur dans la version double croisé.

*Nouages qui sollicitent particulièrement l’abdomen et le périnée de la jeune maman. Donc il convient d’être prudent pour une utilisation consécutive à l’accouchement par voie basse et par césarienne.

*Le double croisé demande beaucoup de longueur de tissu rendant l’écharpe moins pratique à transporter et à manipuler. Le coût des écharpes longues est aussi plus important que celui des écharpes courtes permettant de réaliser principalement les nouages kangourou et hamac.

*Ces nouages sont moins physiologiques que les nouages à une couche déployée sur le bébé comme les Kangourou et les Hamacs. En effet, plus on superpose de couches, plus on risque d’exercer de pression sur son dos et donc de le raidir. il faut donc bien mesurer le serrage de son tissu pour suffisamment soutenir le bébé sans lui écraser le dos.

*Le déploiement des pans du croisé sous la base d’un nourrisson encore en position foetale peut forcer l’écartement de ses jambes, ce qui n’est pas respectueux de sa physiologie.

*De manière générale, ces nouages sont à réserver aux bébés déjà bien toniques,  qui resteront idéalement en éveil dans le  porte bébé.

2)Le croisé enveloppé et l’ enveloppé croisé qui peuvent superposer jusqu’à trois couches de tissu sur son dos

Ces deux types de nouages sont réalisables avec les écharpes tissées et tricotées.

–>Le  croisé enveloppé : l’enfant est placé en premier lieu dans la croix de tissu formée par le croisement des deux pans de l’écharpe.  On remonte ensuite le pan horizontal (ou troisième couche) resté à l’extérieur du nouage sur son dos jusqu’à la nuque.  Le bébé  est donc toujours recouvert par trois couches  de tissu.

Ce nouage permet de mettre et d’enlever son bébé sans avoir à tout défaire et tout refaire à chaque fois. En effet c’est le nouage de base pour l’utilisation des écharpes extensibles où le bébé peut être positionné dans 5 positions ( ventre à ventre , berceaux, dos avec aide d’un tiers pour placer le bébé, hanche et face au monde).

Il est particulièrement adapté aux écharpes stretch contenant du lycra et tricotées d’une façon à ce que le tissu soit extensible dans tous les sens (  jpmbb).

Les autres types d’écharpes tricotées (100 % Coton, Stretch contenant aussi du Lycra mais élastiques principalement dans la largeur et la diagonale et non pas dans la longueur)  permettent aussi de réaliser ce nouage qu’on pré-noud sur soi ( c’est à dire qu’on finalise avant de venir y installer le bébé ).  Mais généralement, plus le bébé grandit et grossit, et plus il est difficile de trouver le pré réglage idéal sur son noeud  de base. Vu que ces écharpes, se détendent moins bien que certaines stretch et possèdent un moins bon retour de l’élasticité pour bien mouler le bébé et le contenir , le nouage sera ou soit trop serré pour y installer le bébé ou soit trop lache pour le soutenir convenablement.

Une écharpe d’une longueur supérieure à 4m est généralement nécessaire pour réaliser ce nouage. Avec une écharpe tissée, il est relativemment difficile à réaliser correctement et je ne lui trouve personnellement pas grand intérêt avec ce type d’ écharpes.

Les + de ce nouages principalement avec les écharpes tricotées:

*Facile : après quelques essais pour trouver le bon réglage,  la mise en place devient un jeu d’enfant surtout quand bébé est petit.

*Pratique : on met une fois le nouage en place sur soi et on peut y  installer/ désinstaller son bébé à volonté.

*Polyvalent : 5 positions pour le bébé à partir du même nouage.

*Avec l’écharpe JPMBB, on peut moduler certains détails concernant l’installation du bébé dans le nouage pour minimiser l’écartement de ses jambes quand  il est tout petit ou pour minimiser l’effet plaquage en améliorant la position de sa  tête contre le porteur.

Les –  de ce nouage

*Nouage ligotant voir oppressant pour certains porteurs habitués aux nouages kangourous.

*Nouage qui sollicite particulièrement l’abdomen et le périnée de la jeune maman. Donc il convient d’être prudent pour une utilisation consécutive à l’accouchement par voie basse et par césarienne.

*Nouage très chaud  pour le bébé, à éviter donc en période de chaleur.

* Nouage qu’on pré -noud sur soi qui ne permet donc aucun réglage sur mesure du tissu sur les corps + 3 couches sur le dos du bébé. Donc attention aux mauvais réglages qui risqueraient d’aplatir le dos du bébé ou de ne pas le soutenir suffisamment ce qui risquerait de compromettre le respect de ses besoins physiologiques en terme de portage.

* Utilisation de ce nouage limitée : plutôt adapté aux écharpes tricotées et vraiment adapté sur la durée aux écharpes stretch extensibles en étoile ( dans tous les sens ) (jpmbb).

–> L’enveloppé croisé : Le placement du tissu sur le porteur reste le même que pour l’enveloppé croisé sauf que cette fois ci , c’est le croisé qui reste à l’éxtérieur. En effet, le bébé est d’abord placé dans le poche formée par le pan horizontal sur lequel on superposera  les deux pans du croisé déployés ou non sur le dos du petit.

Chaque pan de l’écharpe passe d’emblée sous les bras du porteur pour être ensuite croisé dans son dos, puis ramené par dessus ses épaules, pour finalement former la croix de tissu sous les fesses du bébé. L’enfant est donc d’emblée plaqué contre l’abdomen de son porteur, un peu comme le serait le bébé porté dans un pagne africain. Sauf que le soutient est amélioré grâce à l’orientation des pans positionnés sur le porteur et leur passage à nouveau sous le base du bébé ou sur son dos si on choisit de les étaler.

En position ventre à ventre, on peut moduler le nombre de couches de tissu sur le dos du bébé en fonction du type d’écharpe, de l’age et du gabarit du bébé pour mieux adapter ce nouage aux contextes d’utilisations.

En effet on peut tout à fait  laisser les pans du croisé fermés sur les côtés! Le bébé à donc une seule couche de tissu sur le dos, ce qui présente plusieurs avantages: nouage moins plaquant pour un nourrisson,  moins chaud, réalisable avec une écharpe plus courte vu qu’ ainsi on peut finaliser son installation avec un noeud plat sous les fesses du bébé.

L’enveloppé croisé est réalisable avec les écharpes tissées et tricotées. Avec les écharpes extensibles il est toujours préférable de superposer au moins deux voir trois couches de tissu sur le dos du bébé pour éviter que le bébé se tasse à cause d’un soutient insuffisant surtout si l’on veut porter en restant en mouvement.

On peut porter son bébé en ventre à ventre ou sur le dos dans ce nouage.

Pour l’enveloppé croisé dos, il existe des variantes de positionnement du tissu sur le porteur avant formation du croisé sous la base du bébé: noeud simple sur la poitrine, bretelles à l’envers, croisé des pans sur la poitrine.

On peut aussi  finaliser ce nouage sur la poitrine ou en ceinture autour de la taille et déployer les deux pans du croisé en hamac sur le dos du bébé, c’est à dire sans croiser dessus dessous ses jambes.

Selon son gabarit, une écharpe supérieure à 4m de long est presque toujours nécessaire (  si l’on veut déployer les pans sur le dos du bébé ou finaliser son nouage avec un noeud plat dans son dos).  Une écharpe tissée un peu plus courte permettra de nouer doublement sous les fesses du bébé sans déployer les pans du croisé sur son  dos.

Cependant si le croisé enveloppé était plutôt réservé  aux écharpes tricotées, l’enveloppé croisé est plutôt adapté aux écharpes tissées en portage ventre. En portage dos, il est bien adapté aux deux types d’écharpes.

Les + de ce nouage

* Nouage réputé facile aussi: On peut en effet placer le tissu sur soi pour suffisamment bloquer le serrage de la poche où sera déposé le bébé. Suffit, une fois bébé installé, d’affiner le serrage du tissu sur les corps en procédant à un réglage de la tension pli par pli sur chaque pan avant de finaliser son nouage grâce au noeud plat ou double noeud. L’installation est donc sécurisante et ce nouage  convient particulièrement aux porteurs novices.

* Contrairement au croisé enveloppé, ce nouage permet un réglage affiné du tissu sur les corps.

*Nouage plutôt respectueux de la physiologie du nouveau né avec une écharpe  tissée sergé croisé s’ il est fait en suivant certaines règles :

-une couche de tissu sur le dos du bébé

-pans du croisé fermés sur les côtés ( non déployés sur le dos du bébé)

-attention particulière à  bien faire basculer le bassin du bébé pour respecter l’enroulement de sa colonne vertèbrale et le positionnement de sa tête

-réglage affiné du tissu sur les corps grace au serrage pli par pli sur chaque pan sans trop tendre les ourlets supérieurs pour limiter les tensions sur la nuque du petit

-éviter de croiser les pans du  croisé dessus/dessous ses cuisses mais se contenter de passer dessus ses jambes pour ne pas forcer l’écartement de ses pieds

-porter le bébé à portée de bisous, donc assez haut sur son abdomen pour un meilleur corps à corps avec le porteur.

*Nouage bien adapté au portage des bambins sur le dos avec une meilleure répartition du poids du bébé sur le tronc du porteur par rapport au sac à dos qui sollicite principalement ses épaules et qui est plus difficile à régler et à stabiliser sur la durée avec les bébés déjà grands et lourds.

*Nouage réputé pour les randonnées pédestres pour sa stabilité.

Les – de ce nouage

*Nouage ligotant voir oppressant pour certains porteurs habitués aux nouages kangourous.

*Nouage qui sollicite particulièrement l’abdomen et le périnée de la jeune maman. Donc il convient d’être prudent pour une utilisation consécutive à l’accouchement par voie basse et par césarienne.

*Chaud en été même en version pans fermés sur le côté, vu que l’air ne circule pas entre le porteur et le bébé.

*Attention à la tension exercée sur l’ourlet supérieur quand on règle le serrage du tissu pli par pli pour minimiser les tensions sur la nuque du bébé.

*Ne peut pas être pré- nouer avant de venir y déposer le bébé. Il faut donc dénouer et retendre consciencieusement son tissu à chaque fois qu’on doit manipuler le petit. Ceci dit, ceci peut être perçu comme un inconvénient rendant le nouage moins pratique que le croisé enveloppé mais cela permet un meilleur réglage de son nouage et par delà un soutient de meilleur qualité.

La question des doubles hamacs

Je me suis demandée si on pouvait considérer les doubles hamacs comme des nouages croisés. En effet, si on s’en tient au fait que ces nouages superposent deux couches de tissu sur le dos du bébé, on peut donc les classer dans cette famille de nouages. Cependant, je trouve que les doubles hamacs n’en sont pas vraiment à cause de plusieurs points:

* Premièrement,  dans un croisé, l’orientation du pan déployé sur le dos du bébé est différente de celle du pan déployé d’un double hamac:

Dans un croisé, chaque pan couvre le dos du bébé d’une épaule au genou opposé alors que dans un double hamac chaque pan le recouvre quasiment d’une épaule à l’autre. L’orientation de chaque ourlet supérieur est bien moins plongeante que dans un croisé.  Chaque ourlet supérieur ne croise pas le dos du  bébé dans sa diagonale, pour pouvoir être passé sous son genou ce qui implique la gestion du serrage sur un pan à moitié étalé et à moitié plissé.  Le déploiement et le serrage des pans sont alors bien moins plaquants dans un double hamac que dans un croisé.  En effet dans le double hamac, seuls les ourlets inférieurs  passent  sous la base du bébé, son dos complet peut donc être recouvert par chaque pan largement déployé,  ce qui rend le dosage de la tension à exercer plus facile. Les risques de raidir la colonne vertébrale du bébé sont  plus faibles, chaque pan pouvant être étalé en respectant au mieux l’arrondi de son dos.

* Deuxièmement, dans un double hamac classique tel que nous l’a enseigné l’association Peau à Peau, on obtient vraiment la superposition de deux nouages hamac, c’est à dire deux pans de tissu déployés sur le dos du bébé du bas vers le haut et non pas du haut vers le bas comme dans d’autres versions de ce nouage. Et là aussi je pense que déployer un pan sur le dos du bébé dans ce sens  permet d’étaler et de serrer son tissu dans un mouvement qui hisse le bébé. Ces forces de levier permettent alors de bien gérer la répartition de la tension exercée sans compromettre la bonne position du bébé.

Donc sur ce, je vais enfin conclure ce loooong billet en vous laissant quelques liens pour vous aider dans votre apprentissage de cette famille de nouage.

Croisés simples :

–>boucle dans le dos

–>double croisé ici optimisé grâce à un serrage pli par pli. Mais n’oubliez de repasser les pans sur les cuisses du bébé ( non visible sur ce pas à pas ) pour optimiser leur orientation.

–>croisé hanche

Croisé enveloppé ventre à ventre:

–> Echarpe stretch JPMBB

–>Echarpe tricotée 100 % coton

Enveloppé croisé:

Ventre écharpe tissée sergé croisé
Dos écharpe stretch JPMBB déploiement des pans version hamacs
 

Dos écharpe stretch JPMBB version bretelles à l’envers
Dos écharpe tissée sergé croisé

Merci à Keren et Olivier de JPMBB, Murielle, Sophie et leur famille pour leur participation à l’illustration de cet article.

A très bientôt!


4 réponses »

  1. Merci Marie pour ce billet très complet et très documenté !
    Tu nous offres un bon moyen de dépasser les querelles de clocher et de donner aux parents les clés pour appréhender de façon plus éclairer leur pratique quotidienne du portage.

    J’attends avec impatience le prochain article, pour enrichir encore un peu plus ma science du portage !

  2. Même si je suis plutôt fan des kangourous, d’ici qlqs mois, je testerai les nouages croisés … avec ma future lana par exemple lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s